Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1679 – Thionville - Une « Batterie » se règle à l’amiable

Publié le par Persin Michel

1679 – Thionville - Une « Batterie » se règle à l’amiable

Un petit acte qui traite de la façon dont s’est soldé une « batterie dans le vin » entre les enfants d’habitants de Veymerange, d’Elange et de Thionville.

 

Mais c’est quoi « Une batterie dans le vin » ?

 

C’est une altercation, une bagarre sous l’emprise de l’alcool.

 

Alors voilà notre petite affaire :

 

Quelques jours avant le 4 novembre 1679, une bagarre a eu lieu entre des enfants alcoolisés. Un clan regroupant des enfants d’habitants de Veymerange et d’Elange et un clan regroupant des enfants d’habitants de Thionville.

Parents

 

De Veymerange : 

 

Mathieu Weiss

Jean Oswalt

Nicolas Oswalt

Thiel Oswalt

 

D’Elange :

 

Rémy Schweitzer

Nicolas Hirtzberger

Jean Schweitzer

 

Parents :

 

De Thionville :

 

Jacob Gascher

André Allerbourg

La veuve Vincent Thilleux dit la « Fortune »

 

On ne connaît pas les raisons de l’altercation mais nous savons qu’elle fit des blessés parmi les enfants du clan de Thionville.

 

Quelques précisions sur les protagonistes de cette affaire :

 

Veymerange :

Mathieu ou Mathis Weiss exerçait la profession de maréchal-ferrant à Veymernage, il était le père de Damien Weiss qui sera comme son père maître maréchal-ferrant et maire de Veymerange.

 

La famille Oswalt est une famille de laboureurs de Veymerange.

Jean Oswalt était marié à Elisabeth Pierre

Nicolas Oswalt était marié à Catherine Noël

Elange :

Rémy Schweitzer, laboureur, est alors le maire d’Elange et faisait partie de l’importante famille Schweitzer qui tenait plusieurs grosses métairies autour de Thionville. 

Remy Schweitzer sera d’ailleurs le fermier de la cense de Vonnerhof ou Marienthal à Thionville-Guentrange de 1697 à 1715. Il était marié à Marguerite Koch dite aussi Preisch.

 

Jean Schweitzer est le frère de Rémy, comme lui, il est laboureur, marié à Barbe Wulferts d’Entrange.

 

Leur père était Guillaume Schweitzer qui avait passer le bail perpétuel de la métairie de l’hôpital de Thionville en 1665. Ce bail sera hérité par Nicolas Schweitzer.

 

Thionville :

Jacob Gascher était marié à Angélique Hym. La famille Gascher est une ancienne famille de Thionville dont plusieurs membres furent des marchands et artisans en particulier des cordonniers.

 

André Allerbourg était marié à Claire Paternoster, connu comme laboureur à la Briquerie.

 

La veuve de Vincent Thilleu semble être soit une veuve de militaire ou éventuellement d’un artisan car ceux-ci portaient souvent des surnoms.

 

Les sept habitants de Veymerange et d’Elange vont comparaître le 4 novembre 1679 devant le notaire Helminger de Thionville pour déclarer qu’ils s’étaient accordés à l’amiable pour éviter de plus grands frais et une procédure judiciaire avec les trois habitants de Thionville au nom de leurs fils qu‘après la « batterie entre eux faite dans le vin » ils avaient promis de donner et de payer audits blessés, enfants des comparants, une somme de vingt-huit écus blancs et demi [1], sans préjudice néanmoins de l’amende du roi et du paiement du chirurgien, payable dans les 15 jours et même ont promis de faire « monter le fusil en question »[2]à leurs frais et dépens.

 

En foi de quoi ceux de Veymerange et d’Elange se sont solidairement obligés l’un envers l’autre, sans division, ni discussion, ni renoncement, le tout fait et passé à Thionville le 4 novembre 1679 puis tous ont fait leur marque n’ayant l’usage d’écrire.

 

[1]Soit aux alentours de 100 livres tournois, ce qui est déjà une somme assez importante

[2]Phrase assez mystérieuse !

1679 – Thionville - Une « Batterie » se règle à l’amiable

Voilà, comme l’on s’arrangeait à l’époque afin d’éviter de plus graves ennuis envers les autorités. On préférait le contrat devant notaire, plus souple et moins onéreux. C’était une façon de faire que l’on retrouvait souvent dans les actes notariés en cas de litige.

 

Dans mes prochains articles, nous allons regarder d’un peu plus près les corporations et les confréries de Thionville sous l’ancien régime. Effectivement nous pouvons assimiler ses corporations et confréries aux associations actuelles [1], voir aux syndicats.

 

Sous l’ancien régime, elles furent nombreuses, riches et très importantes dans la vie de la cité qu’elles animaient. Pourtant, elles sont pratiquement absentes de tous les ouvrages parus sur l’histoire de notre ville car elles n’ont laissé dans nos différents services d’archives que peu de documents exploitables.

 

Pourtant, il en existe quelques-uns qui vont nous permettre de mieux comprendre leur place dans la communauté thionvilloise.

 

A bientôt et bonne lecture

 

[1]En Moselle, il existe aux alentours de 12000 à 13000 associations divers qui recouvrent pratiquement tous les domaines d’activités. Thionville en compte plusieurs centaines qui regroupent une part importante de la population d’où l’intérêt qu’elles suscitent chez nos politiques.

Commenter cet article

Brach Roland 19/05/2018 11:40

Ces articles sortants de l'ordinaire sont très intéressants et parfaitement décrits par l'auteur.
Bravo à lui...

Persin Michel 21/05/2018 19:59

Merci monsieur Brach