Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Thionville – Confréries et corporations (Confréries)

Publié le par Persin Michel

Le moment est venu de faire le point sur les confréries de Thionville sous l’ancien régime. 

 

Comme toujours à Thionville, par manque de sources, il est difficile de passer le « plafond de verre » de la guerre de Trente ans. Donc peu d’informations nous sont parvenues sur les confréries actives à Thionville avant le 16ème siècle, mais nous avons quelques documents qui témoignent de leur existence sans guère plus de précisions.

 

Ainsi en 1476, deux échevins de Thionville attestent d’une vente fait au maître de la nouvelle confrérie d’une rente de 8 escallins messins sur une maison de la ville.

 

En 1483, deux échevins de Thionville attestent qu’un tailleur de pierre du nom de Mathis dit « Clopstein der steymetz », tailleur de pierre, a vendu à Pierson, maître de la nouvelle confrérie, une rente de 12 escallins messins sur une maison située au château de la ville.

 

Encore ne savons-nous pas si le terme de confrérie employé ici, n’indique pas une corporation, la distinction n’allait pas de soi.

 

Ce que nous savons par contre c’est que les confréries étaient toujours d’essence religieuse même affiliée à une corporation de métier. Plusieurs documents font état d’une confrérie dite du Saint-Sacrement qui était systématiquement associée et gérée par la paroisse Saint-Maximin.

 

 

Confrérie du Saint-Sacrement :

 

 

Elle fut créée le 23 janvier 1602 par Johan Menchin von Arle, greffier du conseil des nobles du duché de Luxembourg, échevin de Thionville et son épouse Elisabeth Arnoldt qui vont donner par testament une somme de 1000 « tallers  [1]» pour la placer à constitution, afin que des 2000 florins, les rentes qui en résulteront servent à habiller cinq pauvres le jour de la Sainte-Elisabeth et alors, ils prieront pour leur donateur et leur famille dans la chapelle de l’ossuaire (Saint-Michel), et de plus permettront à deux pauvres enfants de faire des études chez les jésuites de Luxembourg ou à apprendre un métier.

 

Le curé de Thionville est alors Adam Putz qui fera de cette confrérie une des plus importante de la ville en suscitant les donations et en la rattachant à la paroisse.

 

Le 20 septembre 1602, à peine créée, la confrérie verra déjà les dons afflués comme celui de 1170 florins de Luxembourg figurant au testament de Nicolas Wolff, échevin et synodal de Thionville et son épouse Anne Uttringerin.

 

 

[1]Ou Thaler, monnaie de compte sous Charles Quint appelé encore « Rixdaler » 1 Thaler = 2 florins.  Cette monnaie resta en circulation pendant 400 ans dans les pays germaniques. On la dit ancêtre du Dollar américain.

A l’origine, cette confrérie était liée au métier de tailleur de pierre comme l’indique un acte du 17 mars 1668 qui nous indique que Bernard Liff, jardinier et son épouse Elisabeth Trattert, doivent à Nicolas Louis et Nicolas Gangs, ancien et jeune maîtres du corps de métiers des tailleurs de la confrérie du Saint-Sacrement de Thionville, une somme de 50 tallers monnaie de Luxembourg sur 2 chambres de soldats situées à Thionville proche du four banal. 

 

Ces chambres sont propriétés du corps de métier des tailleurs depuis plus de vingt ans et l’origine de la dette vient d’un prêt fait le 6 août 1633 par le corps de métiers.

 

Donc cette confrérie était affiliée à la corporation des tailleurs de pierre, faut-il mettre cela en relation avec la vente faite par un tailleur de pierre d’une rente à la nouvelle confrérie en 1483 à un certain Pierson (Pierre) maître de la nouvelle confrérie ?

 

Et cette nouvelle confrérie était-elle déjà celle du Saint-Sacrement ?

 

Rien ne permet de le dire, mais il est certain que de nombreuses confréries qui étaient tombées en désuétude ou interdites à certains moments furent recrées par la suite et remises au goût du jour !

 

Quoi qu’il en soit, cette confrérie du Saint-Sacrement fut une des plus importante de Thionville et ne fut supplantée plus tard que par la confrérie du Rosaire. Elle n’avait pas de chapelle mais était réunie à la fabrique de la paroisse et le service se faisait dans l’église paroissiale.

 

La confrérie de Saint Joseph, Saint François et Saint Cyprien :

(Dite aussi des trépassés)

 

 

Créée en 1615, peut être dans la chapelle Saint-François, elle périclita pour des raisons inconnues. Refondée en 1648, elle disparue une nouvelle fois après 1694 où on la voit payer 26 livres tournois et 20 sols à la confrérie du Rosaire pour se servir des ornements de leur chapelle pour ses propres fêtes [1]. C’est François Delhaye [2], brasseur et Jean Bheme marchand de Thionville, qui refondèrent la confrérie dans l’église paroissiale en 1727. Liée à la bonne mort et aux mourants, elle avait pour buts de payer les enterrements pour les pauvres, le pain béni, les cierges pour les cérémonies et le paiement des porteurs pour amener les corps au cimetière Sainte-Suzanne, au dehors des remparts. Les inhumations des pauvres de la paroisse se faisaient alors au cimetière Sainte-Suzanne qui jouxtait la chapelle des lépreux ou de Saint-François. Nous savons que le premier maître après sa refondation de 1727 fut François Delhaye et l’année suivante ce fut Jean Bheme puis Guillaume Merlinger. Nous savons aussi que la statue de bois de Saint-Joseph appartenant à la confrérie avait été payée par Anne Ham [3]et Jean Well.


[1]Cet état de fait semble lié à des problèmes avec leur lieu de culte, peut-être la chapelle Saint-François a-t-elle été endommagée par le siège de 1643 dont les opérations militaires se sont principalement faites  de ce côté de la ville

[2]Voir mon ouvrage « Histoire de l’ancienne chapelle des lépreux » - 2017 encore disponible au syndicat d’initiative de la ville ou chez moi.

[3]Anne Ham était de la famille de l’épouse de François Delhaye.

En 1727, à sa refondation la confrérie avait 44 confrères, puis 123 membres en 1740, ensuite sa fréquentation baissa inexorablement, malgré une tentative de relance en accordant des indulgences aux donateurs et membres. La confrérie n’était pas viable financièrement, elle n’avait qu’un seul contrat de rente, trop peu de membres et des frais importants pour les inhumations des pauvres nombreux à Thionville. De plus elle n’eut jamais les autorisations de l’évêché. La construction de la nouvelle église de la ville inaugurée en 1760, associé à un regain des inhumations dans les caveaux sous l’église marquèrent la fin définitive de cette confrérie.

 

 

La confrérie de Saint-André et Saint-Nicolas :

 

Crée en 1615, par le corps de métiers des jardiniers, elle n’eut que peu de succès.

Un acte la concernant daté du 15 décembre 1707, nous donne un effectif de 4 membres seulement : Louis Fromentin, Pierre Marchand, Pierre Lefevre et Dimanche Surlot.

 

Toutes ces petites confréries créées par des métiers manuels aux membres peu instruits et sous représentés, n’eurent bien souvent pas de lettres patentes de création, pas d’aval de la paroisse, ni de la ville et donc aucun avenir !

 

 

La confrérie de Saint-Roch, Saint-Sébastien et Saint-Antoine :

Créée en 1630, toutefois sans statut, sans règlement et sans lettres patentes ni autorisation. Elle possédait un autel (chapelle collatérale) dans l’église paroissiale. A l’origine elle était liée aux épidémies de peste ou autres fièvres qui sévissaient sporadiquement dans la région. Elle a pu aussi être liée à une compagnie bourgeoise d’archers en l’honneur de Saint-Sébastien. (Ci-dessous)

 

 

Ces membres étaient nombreux, bourgeois de Thionville, ils se firent remarquer de mauvaise manière et la confrérie fut interdite le 27 août 1733 par le parlement de Metz, pour les raisons suivantes :

« Elle avait dégénéré en compagnie bourgeoise, s’assemblant sous les ordres du maître échevin qui prenait alors le titre de colonel des suppliants et en tirait un profit.

Lors de ses assemblées bruyantes avec port d’armes sur les foires, elle faisait tirer à blanc moyennant finance, le tout sans lettres patentes du souverain. 

Les membres se rendaient entre eux les recettes et dépenses de la confrérie, sans participation du curé, ni des synodaux. » 

 

Aussi le parlement de Metz sur réquisition du procureur du roi, fit défense aux bourgeois et habitants de Thionville de s’attrouper sous prétexte de ladite confrérie, comme aussi d’y prendre les armes en aucun temps sauf s’ils y ont été expressément commandé par le gouverneur, le lieutenant du roi ou autre officier autorisé. Défense leur ai faite aussi de recevoir des deniers sur les foires ou d’aucune personne sous peine d’être poursuivis suivant la rigueur des ordonnances. Il ordonne à la police de la ville de veiller à ces interdictions.

Le problème qui se posa fut que cette confrérie avait en compte des rentes et des donations faites par des personnes pieuses pour dire des messes pour leurs défunts. L’évêque incita donc la confrérie désormais interdite à donner ses contrats et rentes à la fabrique de la ville à charge pour elle de faire les services prévus. 

Ce qui fut fait et approuvé par la chambre épiscopale de Metz. 

 

Toutefois cette confrérie étant très ancienne et relativement importante, on rédigea des statuts et règlements et on officialisa sa réédification, ce qui fut fait le 21 novembre 1733 soit quelques mois après son interdiction.

 

Malgré tout, cette affaire avait terni durablement la confrérie qui n’eut plus d’autel dédié dans l’église paroissiale [1]mais dut se contenter d’un autel uniquement dédié à Saint-Sébastien, associé avec celui de la Sainte-Croix. De Saint-Roch et Saint-Antoine, on ne parla plus et la confrérie disparue ainsi discrètement, ayant donné ses biens à la fabrique elle ne parvint plus à se reconstituer une clientèle suffisante. 

 

 

La confrérie de Saint-Hubert :

 

Très en vogue dans les Ardennes

 

Elle fut créée en 1665 à l’initiative du curé et régent de Thionville, Mathias Hollinger avec l’aide d’officier de l’hôtel de ville. Elle n’avait pas de lettres patentes, ni d’autorisation de l’évêché et seulement deux contrats de rente. Elle eut en 1669, une autorisation de l’évêque de Metz de se maintenir mais sans lettres patentes Elle recevait donc des membres indûment et élisait un maître sans y être autorisée. 

Aussi en 1735, Philippe Henrion, marchand à Thionville, alors maître de la confrérie, effectua des démarches pour obtenir les autorisations nécessaires. A cet effet, un inventaire des biens de la confrérie fut effectué et elle n’était guère riche :

 

  • Une statue de Saint-Hubert en bois

  • 1 cornet en argent

  • 1 drap de Damas vert

  • 2 aulnes garnies de franges d’or

  • 1 bannière

  • 1 plat de quête en étain

  • 1 clochette de ¾ de livre

 

Peu de membres, peu d’argent, absence d’autorisation officielle, pas de règlement ni de statut tout était réuni pour que la vie de cette confrérie soit difficile.

 

 

La confrérie Saint-Urbain :

 

 

Créée d’ancienneté par les vignerons de Guentrange, on en retrouve la trace dans des documents du 8 août et 9 décembre 1694 (AMT BB3 41V 44R)

Elle a fait récemment [2]l’objet d’une étude complète par Paul Médoc, président actuel de la confrérie.

 

[1]Certaines confréries, pas toutes, avaient un autel collatéral dans l’église paroissiale qui leur était dédié. Ainsi la visite canonique du 11 septembre 1721 précise qu’il y avait dans l’église (ancienne église Saint-Maximin) 5 autels ou chapelles collatéraux :  Sainte Croix – Sainte-Trinité – Saint Jean Baptiste – Sainte-Vierge – Saint-Sébastien. La dédicace de ces autels pouvait variée un peu au cours des années, ainsi la visite canonique du 2 mars 1751 ne cite plus que 4 autels collatéraux : Saint-Jean – Sainte-Croix – Sainte- Vierge et Sainte-Elisabeth. Dans la nouvelle église Saint-Maximin (celle d’aujourd’hui) la visite du 25 septembre 1763 cite les autels suivants : Sainte-Vierge – Sainte-Anne – Sainte Croix et Saint-Jean

[2]Décembre 2017 – Revue « Azur et Or » encore disponible à la vente ou aux archives municipales

Vous y retrouverez tous les renseignements sur cette très ancienne confrérie typique d’une confrérie dite de corporation, c’est à dire affiliée à un corps de métier, en l’occurrence les vignerons de Guentrange.

 

De toutes ces confréries créées avant le rattachement de Thionville à la France, seule la plus ancienne, la confrérie du Saint-Sacrement qu’on avait réuni à la fabrique de la paroisse et qui bénéficiait de toutes les autorisations, règlement et statut, connut une grande popularité, attirant des dons, rentes et membres.

 

Pour les nouvelles autorités françaises qui dirigeaient la ville depuis 1643 c’était une confrérie issue de « l’ancien monde » celui de la prévôté luxembourgeoise où se retrouvait la plupart des bourgeois de la ville avec la paroisse Saint-Maximin, elle aussi, encore sous l’autorité du diocèse de Trêves. Toutefois, la confrérie était bien gérée par la fabrique avec un livre de compte à jour et les différentes visites canoniques qui eurent lieu au 18èmesiècle nous montre une confrérie du Saint-Sacrement bien vivante et solidement associée à la paroisse.

 

La plupart des corporations de métiers de la ville y était associées car peu de corporations avait assez de membres, étaient assez riches et organisées pour créer et faire vivre une confrérie spécifique à leur métier comme cela avait sans doute été le cas au moyen-âge où les contraintes administratives étaient moins lourdes et la foi plus enracinée.

 

Le cas de la confrérie de Saint-Thiebault est particulier, ce n’était pas une confrérie mais une corporation qui regroupait plusieurs métiers, les maçons, les charpentiers, les couvreurs, les potiers de terre.

 

 

La confrérie du Rosaire :

 

 

Les nouvelles autorités françaises décidèrent donc de créer une confrérie strictement religieuse à laquelle toutes les corporations de la ville et tous les bourgeois et militaires pourraient adhérer. La population avait changé, les notables également, les postes clés à l’hôtel de ville et à la paroisse avaient changé de mains.

 

Même si à Thionville le protestantisme n’était pas une menace pour la religion catholique, les moeurs dans cette ville de garnison semblaient bien relâchés, les filles de la campagne venaient y chercher une occasion de sortir de leur condition et ne trouvaient souvent que la prostitution. 

 

En un mot, le moment avait semblé propice pour édifier cette nouvelle confrérie. A cette époque, les confréries dites du rosaire, dédiée à la vierge, étaient à la mode, il s’en créait beaucoup. Elles n’étaient pas liées à une corporation de métier, elles n’étaient que religieuse et vouées à la vierge Marie toujours très populaire. De plus elles consistaient à prier le chapelet (le rosaire) en groupe ou seul dans un lieu dédié, un autel ou une chapelle, ou même seul chez soi, donc facile à pratiquer et puis elles avaient l’attrait de la nouveauté.

Donc le 21 mars 1666, le sieur Dufay de la Garenne [1], major de la place avec Jean François Freidrich [2], échevin de la ville, conseiller au bailliage de Thionville et receveur des finances, associé à François Caulier, garde des magasins et receveur des domaines de Thionville 

 

[1]Charles Dufay de la Garenne major de la place, mort à Thionville le 4 avril 1684 à 80 ans.

[2]Ou Jean Nicolas Freidrich, voir mon article sur les corporations 3èmepartie qui donne des précisions ;

 

firent requête avec d’autres bourgeois de la ville au Révérend Père provincial des Jacobins (dominicains) [1]pour lui signaler qu’ils avaient obtenu du vicaire général de l’évêché la permission d’établir à Thionville une confrérie du Rosaire

 

Qui plus est, qu’ils avaient obtenu de l’hospice de Thionville, donc de la ville, la

permission d’installer la nouvelle confrérie dans la chapelle de l’ancien hospice de la ville (Beffroi), chapelle alors dédié à Sainte-Elisabeth.

 

L’autorisation officielle leur fut donnée le 2 avril 1666 par Claude de Breuillart de Coursan, vicaire général de l’évêché. La confrérie à l’initiative des notables de la ville, avec son règlement, ses statuts, son autorisation de l’évêché et sa chapelle dédiée pouvait prendre un départ prometteur, il le fut !

Pourtant, elle n’eut guère l’assentiment du clergé Thionvillois qui mettra en avant plusieurs griefs à son encontre :

 

  • La chapelle est petite, elle ne peut contenir que 60 à 80 personnes et les jours de fête la foule qui veut assister à la messe se répand sur la place du marché et dans les rues adjacentes occasionnant des perturbations dans la ville.

  • Les curés et vicaires de la paroisse sont distraits de leur devoir envers l’église paroissiale, de plus les paroissiens donnent plus à la confrérie qu’à la paroisse.

 

Aussi le clergé de la ville va demander le rattachement de la confrérie à la fabrique comme pour celle du Saint-Sacrement afin d’en avoir les commandes et les bénéfices. 

 

Mais l’évêque les déboutera en juin 1698, la fabrique ne gardera que la confrérie su Saint-Sacrement qui est en relative désaffection au profit de celle du Rosaire.

 

Cette confrérie et sa chapelle sont décrites dans chaque visite canonique de l’évêque de Metz comme richement pourvue et bien administrée.

 

 

Les obligations pour les membres de la confrérie étaient de réciter au moins une fois par semaine, un chapelet ou rosaire, les chapelets autorisés étaient ceux comportant 5, 10 ou 15 dizaines, en méditant sur les 15 mystères de la rédemption.

 

(Ci-dessous un chapelet à 5 dizaines, en nacre dans son étui, daté du milieu du 19èmesiècle provenant de la paroisse de Veymerange)

 

 


[1]L’autorisation d’édification des confréries du Rosaire était sous l’égide des dominicains qui en étaient à l’origine et en avaient été de fervents zélateurs.

Il était préconisé que la récitation se fasse au maximum en commun et en public et principalement aux fêtes de la Vierge avec procession le 1erdimanche de chaque mois

La procession se devait d’être plus solennelle le 1erdimanche d’octobre et à la fête de la Vierge Marie. 

 

Voilà notre confrérie du Rosaire bien née, instituée dans la chapelle Sainte-Elisabeth de l’ancien hospice des pauvres de la ville dans le bâtiment du beffroi.

 

Ce fut la dernière confrérie créée à Thionville. Elle ne disparaîtra, comme les autres, qu’avec l’arrêt du parlement de Metz du 10 mai 1763, interdisant de fait les confréries religieuses sous l’ancien régime. Toutefois quelques temps plus tard, la confrérie du Rosaire sera encore tolérée dans l’église paroissiale quelques années avant la révolution. 

 

Nous verrons dans le prochain article plus précisément la vie de cette ultime confrérie, sa disparition et le devenir de sa chapelle dans le beffroi de la ville.

 

 

 

Sources :

Notaires Thionvillois : Helminger et Fourot et Lanio ADM 3E7538 3E7539 3E7600-7606

Décembre 2017 – Revue « Azur et Or » encore disponible à la vente ou aux archives municipales

Notes de l’abbé Braubach aux archives municipales de Thionville

Thèse de Marie Claude Dubois « la confrérie du Rosaire » 1997- Besançon- Université de Franche-Comté

Commenter cet article