Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

17 Février 1751 - Mémoire sur la fortification de Thionville (suite) et devenir de Yutz

Publié le par Persin Michel

Plan d'avant la construction du pont en 1673, on utilisait des bacs pour traverser la Moselle (en bas à droite)

Plan d'avant la construction du pont en 1673, on utilisait des bacs pour traverser la Moselle (en bas à droite)

Nous avons vu précédemment que l’ingénieur De la Chèze avait quantifié les hommes devant être nourris journellement dans la place de Thionville, le type des denrées qui devaient être mises en magasin et cela pour 3 mois de siège ou 6 mois de blocus.

 

Il nous explique ensuite l’importance de ces approvisionnements pour les hommes et en cela se réfère au mémoire de monsieur de Vauban [1]sur le sujet :

 

« On sait qu’un homme de guerre renfermé dans une place assiégée et qui y fait son devoir est obligé d’y essuyer journellement des fatigues et des dangers continuels et qu’il en est bientôt épuisé. Si la disette vient malheureusement se joindre à tant de peines se produit alors infailliblement le dépérissement funeste de la garnison et le peu de résistance des fortifications. Les denrées sont les principales forces de leur tête et leurs bras car l’un et l’autre demandent des aliments, surtout depuis le premier tiers du siège jusqu’à sa fin qui est le temps le plus vif et où l’on se tient toujours pour ainsi dire colleté avec l’ennemi et c’est néanmoins sur le temps le plus critique que tombe ordinairement le manque de subsistance, c’est à dire lorsqu’elle est le plus nécessaire. C’est pourquoi Monsieur de Vauban a formé les approvisionnements de siège de manière à nourrir le soldat relativement au pénible et dangereux service que l’on doit en tirer et c’est en ce point que consiste principalement une bonne et vigoureuse défense. 

 

[1]Sébastien le Prestre dit Vauban (1er mai 1633– 30 mars 1707). Concernant le sujet de son séjour à Thionville qui fait toujours « parler » on peut faire les spéculations suivantes : Il se déplaçait très souvent sur le terrain faisant aux environs de 3000 km par an, soit à cheval soit en chaise de poste, de ses carnets de voyages et agendas on peut déduire qu’il est sans doute passé à Thionville vers 1686/1687 et/ou en 1698.

Mais on peut aussi dire qu’il n’y séjourna pas et que ses travaux sur la ville résultent de mémoires réalisés par les ingénieurs militaires séjournant en ville, qu’il lisait avec grand soin, les annotant et les validant avant de les faire accréditer par le roi. Il fut remplacé en 1703 par le maréchal Tallart, car il était très diminué par une bronchite chronique qui le tenait depuis des années et dont il se plaignait souvent. Il en mourut d’ailleurs à Paris le 30 mars 1707. On l’a dit en disgrâce à cause de son mémoire sur la fiscalité royale « La dîme royale » mais je ne le pense pas, le roi l’ayant toujours bien estimé. Il était entré au service des armes à 17 ans et fut blessé de nombreuses fois, beaucoup d’ingénieurs militaires laissèrent leur vie dans les sièges ou attaques des villes pendant les guerres du 17èmeet 18èmesiècle.

Dans la réalité on ne peut pas toujours parvenir à ce but, soit parce que les denrées manquent au pays ou que l’on ne s’y est pas pris assez tôt. On peut alors remplacer le maigre par du gras, mais il faut cependant tenir pour maxime constante que le pain seul n’est pas un aliment suffisant pour un soldat en siège et cela vaut aussi pour les officiers dont le corps n’est pas plus robuste que celui des soldats surtout dans une place comme Thionville où il n’y a de ressources que dans les magasins du roi.

 

Si l’ennemi en vient au blocus de la ville pour l’affamer ce qui pourrait arriver car le siège de la ville est le plus sérieux qu’on puisse rencontrer sur la frontière, il faut alors réserver un des nouveaux magasins à l’artillerie et ramener l’autre moitié des denrées dans un magasin de la vielle ville de Thionville.

 

Ensuite, l’ingénieur fait état de spécifications techniques concernant les positions possibles de l’ennemi sur les hauteurs du couronné de Yutz et les travaux à mener au niveau du canal et des ponts écluses pour se soustraire le plus possible au inconvénients d’un tel état de fait avec le démontage rapide des magasins au-dessus des ponts, la création au-dessus des caves de parapets et autres mesures techniques dont il dit clairement qu’elles ont été agréées puis exécutées par Monsieur de « Cormentagne  [1]» qui en est l’auteur.

 

Haute-Yutz – Basse-Yutz – Makenom [2]

 

Sur la nécessité de raser ces trois villages

Plan de 1750 environ
 

[1]Louis deCormontaigne né à Strasbourg en 1695 et mort à Metz le 20 octobre 1752, le présent mémoire est daté de 1751. Il ne fut pas exactement le continuateur de Vauban décédé 45 ans auparavant. En 1744, il est nommé directeur des fortifications de Metz, Thionville et Bitche.

[2]Macquenom

Il y a nécessité de raser les trois villages de Haute-Yutz, Basse-Yutz et Makenom situés sous le mousquet des ouvrages de Thionville et qui sont préjudiciables aux fortifications de la ville. Les raser pour les regrouper en un seul et même village.

 

Il y a longtemps qu’ils sont condamnés et on ne saurait tarder davantage à les raser, il nous suffira de dire en peu de mots que :

 

Celui de Haute-Yutz touche pour ainsi dire à la palissade du couronné et qu’il est précisément sur un rideau dont il faut raser la partie adhérente au glacis pour fournir des terres au remblai des ouvrages de l’aile droite du couronné.

 

Celui de Basse-Yutz est sous le mousquet du retranchement de la pointe inférieure de l’isle et celui de Makenom tient à celui de Basse-Yutz.

 

Les trois villages ne sont pas considérables pris séparément mais s’ils sont réunis, ils formeraient un très bon village propre à fournir des denrées de subsistance pour la garnison de Thionville.

 

Il ne se pourrait pas que cette réunion soit contredite par le spirituel ni par le temporel car ces trois villages ont le même curé et le même seigneur.

 

Le choix du nouvel emplacement pour le nouveau village :

 

Si les villages sont nécessaires aux grandes routes, les grandes routes sont nécessaires aux villages.  Il vaut donc mieux que le nouveau village soit placé sur une grande route servant de communication entre nos places fortifiées de la frontière. 

 

Or, il se trouve que la grande route de Thionville à Saarlouis passe sur le ban des trois villages par conséquent le choix du nouvel emplacement semble évident, c’est à dire sur la grande route de Saarlouis.

 

Le nouveau village ne pas être trop loin ni trop près de la place car pendant la guerre, les officiers des troupes de campagne ne peuvent pas placer leurs chevaux dans la ville car il n’y a pas assez d’écuries dans les bâtiments du roi comme chez les particuliers. Ils sont donc obligés de les mettre dans les trois villages, il est par conséquent utile de ne pas trop éloigner le nouveau village pour ne pas enlever aux officiers le recours possible à leurs chevaux dont ils dépendent et d’un autre côté il ne faut pas trop rapprocher le nouveau village de la place pour ne pas offrir à l’ennemi un débouché facile pouvant favoriser une attaque, non le nouveau village doit se situer à environ 900 toises de la palissade du couronné.

 

Il faut de l’eau courante pour les usages domestique et pour abreuver les chevaux et donc le nouveau village ne doit être construit trop haut pour n’avoir pas trop à creuser afin de trouver cette eau mais plutôt dans un point bas mais qui ne doit pas être marécageux ou malsain.

 

La justice et la convenance voudraient que les terrains ou habiteront les habitants du nouveau village soit à égalité avec ceux qu’ils possédaient dans les villages rasés, de même pour les seigneurs.[1]

 

[1]Je n’ose imaginer le nombre de contestations qu’induiraient une telle démarche et le nombre de procès qui en découleraient. Pourtant on le fit pour Haute-Yutz en 1815 déclenchant une haine certaine envers le général Hugo parmi la population.


Les façades des maisons seront alignées de part et d’autre de la chaussée, de la grande route de Thionville à Saarlouis en veillant à laisser au moins 10 toises [1]entre le bord de la chaussée et les maisons et cela pour servir de palier [2]aux allants et venants et au débarras de la voie publique. On mettra sur ces paliers les fumiers afin de les faire pourrir et de vider les maisons qui en sont infectées.

 

Où l’on voit bien les « usoirs » devant les maisons sur cette photo du village de Mouacourt vers 1900

 

 

L’église :

 

L’église ne saurait être mieux placée qu’au milieu du nouveau village, enclose dans des murs avec la maison curiale. Ce clos doit être plus élevé que le reste du village afin de lui acquérir le commandement et de ne pas être plongé dans les habitations.

 

On pourra mettre en sureté dans ce clos, si besoin, un petit détachement et fermer par une barrière l’entrée et la sortie du village. Les valets des officiers à la première alerte mettront dans ce clos les chevaux où ils ne pourront pas être forcés par une partie ordinaire en recherche de butin et non de coups de fusils. On pourra y mettre aussi les bestiaux et les effets mobilier des habitants si besoin.

 

Il sera bon de rapprocher le clos de la chaussée plus que des maisons du village pour lui donner vue sur les allées et venues et de laisser un intervalle de 20 toises de largeur de part et d’autre sur tous les côtés du clos en sorte que rien ne pourra l’offusquer. On pourra y planter un orme pour l’ombrager et masquer les toitures avec cette remarque que la maison curiale ne doit pas avoir de porte sur le mur de clôture sur lequel elle est adossée mais doit être accessible uniquement par la porte qui conduit à l’église et qui ne devra être que la seule porte du clos.

 

On devra créneler le mur de clôture et faire un petit fossé autour dont en retournera les bords en forme de contre escarpe et où l’on pourra mettre les eaux sauvages[3]du village si l’on peut.

 

Les maisons des seigneurs :

 

Les maisons des seigneurs ne pourront être qu’au début ou à la fin du village car leur maison comporte un étage qui peut mettre en péril le clos, les maisons paysannes [4]ne comportant pas d’étage n’ont pas cet inconvénient.

 

La chapelle du canal :

 

Il existe actuellement une petite église ou chapelle de dévotion située vers l’entrée du village de Basse-Yutz sur le bord du canal avec un clocher et une enceinte de murailles qu’il faudra raser ou déplacer vers le nouveau village.

 

[1]Une toise fait environ 1,90 m

[2]Ce que l’on appellera dans les villages lorrains les « usoirs » où l’on trouvait le fumier, la réserve de bois et les charettes ou autres machines agricoles

[3]Les eaux sauvages sont les eaux de pluies, de ruissellement qui viendront se collecter dans ces fossés

[4]Les maisons paysannes de l’époque n’ont qu’un rez-de-chaussée souvent à pans de bois 

Carte synoptique des modifications préconisées par le mémoire de 1751

Carte synoptique des modifications préconisées par le mémoire de 1751


Nous savons que les trois villages ne furent pas rasés comme le prévoyait ce mémoire, mais que celui de Haute-Yutz fut incendié en 1815 par le général Hugo [1], et reconstruit en 1817 à son emplacement actuel.

 

Ce passage de l’histoire de Haute-Yutz est fort bien décrit dans l’ouvrage suivant :

 

YUTZ aux éditions Coprur paru en juillet 1985

 

Vous pouvez aussi consulter sur Yutz (cliquer sur l'adresse ci-dessous)

 

 http://www.archeogeographie.org/dossiers/fouilles/pps/yutz.pps.

 

réalisé par Jean-Marie Blaising

 

[1]Père de Victor Hugo  pour des raisons restées très obscures.

NB :  

 

Les éléments de ce mémoire sont souvent présentés comme étant de Louis de Cormontaigne mais ils sont produits par de La Chèze, ingénieur militaire, en poste à Thionville sous les ordres de Louis de Cormontaigne qui vivait à Metz étant directeur des fortifications de Metz, Thionville et Bitche.

 

Celui-ci recevait les mémoires de ses ingénieurs, les étudiait, venait éventuellement visiter les lieux, voir et discuter avec l’ingénieur, puis les agréait ou pas. Une fois agréés, les projets étaient envoyés à l’état-major du roi qui les validait en fonction des finances ou d’autres considérations stratégiques et/ou politique ayant la vue d’ensemble de la situation du pays.

 

 

La suite du mémoire comporte un long chapitre sur les différentes attaques possibles de la ville en envisageant les stratégies de défense adaptées. Ce chapitre est très technique et doit être associé à un plan [1]où sont répertorié les différents moyens mis en œuvre. 

 

Il nous restera encore à voir la construction des fours à pain avant de clore ces articles sur le mémoire de ce militaire, lieutenant-colonel, ingénieur en chef à Thionville en 1749, encore actif dans la ville en 1751, mort en activité. Il réalisa le relevé des souterrains de la ville pour servir à la guerre souterraine dont il attribut l’étude et la spécialité à Louis de Cormontaigne.

 

Merci à Monsieur Gaudinet Frédéric des archives municipales pour nos échanges d'informations et à Monsieur Jean Marie Blaising pour m'être inspiré d'une des cartes parue dans "Haute-Yutz, le temps d'un village" décembre 2007, disponible sur le net.

 

 

[1]Plan non retrouvé dans les archives

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

MISCELLANEES 2019

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

La souscription est close depuis le 25 février 2019.

 

le MIscellanées 2019 est donc disponible dans les points de vente suivants :

 

Espace Culturel Leclerc 

Centre commercial des capucins à Thionville-Centre

 

A la Maison de la Presse

Place aux bois à Thionville

 

Cultura 

Zac du Linkling 3 à Terville

 

A l'office de tourisme de Thionville

Pays thionvillois

31, place Anne Grommerch (Ancienne place du marché)

là vous pourrez trouver en vente les ouvrages suivants:

 

Le Miscellanées 2019

 

Le Miscellanées 2017

 

 

L histoire de l'ancienne chapelle des lépreux

 

A la librairie Hisler

Centre commercial GERIC

 

 

Commenter cet article