Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1914-1918 - Thionville - Aux soldats de nos familles

Publié le par Persin Michel

Demain, nous allons commémorer le 11 novembre et la fin de la « grande guerre », à cette occasion, je voudrais évoquer dans cett article, l’histoire de mon grand-père maternel qui habitait Veymerange où il était né en 1886, où habitaient ses parents depuis les années 1850.

 

A la déclaration de guerre le 3 août 1914, il était citoyen allemand, l’Alsace Moselle ayant été annexée à l’Allemagne, suite à la désastreuse guerre de 1870, guerre que son père avait faite sous l’uniforme français.

Gabriel Bolzinger dit « Victor » marin dans la Kaserliche marine.

Gabriel Bolzinger dit « Victor » marin dans la Kaserliche marine.

Je ne l’ai pas connu, il était déjà décédé à ma naissance, mais son épouse, ma grand-mère et sa fille, ma mère, m’ont raconté un peu sa vie et surtout, elles ont gardé de nombreux documents le concernant.

 

Son parcours est assez représentatif des jeunes hommes de nos villages à cette époque. Il était un camarade de ces jeunes dont le nom est gravé sur le monument aux morts de Veymerange-Elange.

 

Gabriel Bolzinger dit « Victor » était né à Veymerange, le 6 septembre 1886. Il avait un frère aîné, Joseph Bolzinger, né le 25 février 1885.

 

Ses parents étaient « ouvriers/paysans » comme c’était souvent le cas dans les villages proches de Thionville et d’Hayange où la sidérurgie prend son essor et demande des bras.

Les habitants de la Moselle, de l’Alsace, sont depuis 1871, soit 15 années, des sujets allemands qui vont à l’école allemande, le français est prohibé, même dans la rue, leur langue maternelle est le francique mosellan proche de la langue allemande. Toute leur jeunesse se passe dans la culture de l’empire allemand.

 

En 1908, il est incorporé dans la marine impériale, en mer Baltique, dans la 1ère compagnie, 2ème torpédo-division sur un torpilleur de la classe V150, pour faire son service militaire de 3 ans.

Il ne bénéficiera d’aucune permission.

Ci-contre son livret militaire.

.Le 8 avril 1913, il épouse à Veymerange, une jeune fille de Rémelange, Marie Mangeot, dont les parents sont ouvriers aux forges de Hayange. Elle et sa famille sont de culture française, la langue française est utilisée couramment en famille, même si bien entendu, à l’école, elle a appris l’allemand et l’utilise tous les jours dans la vie courante. Ils vont s’installer à Metzange dans des maisons louées par la mine à ses ouvriers. Là, il se perfectionnera comme électromécanicien.

 

(Ci-contre sa photo le jour de son mariage, il a 27 ans)

 

De ce mariage naîtra fin 1913, une fille, Marie Germaine (ma mère), mais le bonheur ne dura que quelques mois.

 

Dès le 3 août 1914, il est réincorporé dans la marine allemande, à Wilhelmshaven où il fera plus de 800 heures de pleine mer, passant de la Baltique à la mer du Nord, souvent aux machines, parfois aux canons.

 

Le torpilleur V155 sur lequel il a servi, passant sur le « Kanal Kaiser Wilhelm » reliant la mer Baltique à la mer du Nord.  Il a été inauguré en 1895 et mesure 98 km de long pour 104 m de largeur sur une profondeur de 13 m. Le pont  est le « Hochbrücke ».

 

 

Libéré le 24 novembre 1918, il a alors 32 ans et n’a bénéficié que d’une courte permission en 1917, pour raison de santé.

 

Il a du mal à se réinsérer dans la société française, il maitrise mal le français qu’il n’a jamais  vraiment pratiqué.

 

Il reprendra alors son métier à la mine de Metzange d’où il sera licencié dans les années 1934, à cause d’une compression de personnel (déjà) suite à la grande crise de 1929.

 

Il a alors 48 ou 49 ans, sa fille, Marie Germaine, va se marier en 1936, avec un aviateur français, mon père.

 

A l’entrée en guerre de la France en 1939, il a 53 ans.

 

Il est usé par son travail à la mine et par les 7 années passées dans la marine de guerre allemande,.

 

Les conditions de travail et la hiérarchie militaire prussienne, l’ont laissé vieilli et fatigué.

 

(Sur cette photo avec son épouse, il a 50 ans)

Le 2 octobre 1942, il décédera suite à une péritonite non opérée. Son épouse restera veuve le restant de sa vie, soit jusqu’en  1975.

 

Voilà un parcours qui laisse entrevoir les difficultés physiques et psychologiques rencontrées par ces jeunes gens et par leurs familles.

 

Des parents français qui ont servi la France en 1870, puis une annexion brutale à l’empire allemand, un changement radical et profond, de langue [1], d’écriture [2], de culture, d’administration, de système monétaire, de lois et de manière d’être.

 

N’oublions pas que de nombreux allemands de souche sont venus s’installer en Moselle pendant cette période.

 

Une armée prussienne à la discipline de fer qui ne leur fait aucune confiance et les envoie loin du pays.

 

Enfin une guerre terrible de 4 années où ils sont surveillés, soupçonnés, envoyés sur le front de l’est où beaucoup laisseront leur vie.

 

Enfin, pour les plus chanceux, un retour à la France, où il faut tout réapprendre et faire avec la « honte » d’avoir servi l’Allemagne. [3]

 

Et voilà que 21 ans plus tard, le même scénario se rejoue, une nouvelle défaite, une nouvelle annexion, une nouvelle armée allemande obligatoire, une nouvelle guerre, une nouvelle administration, une nouvelle écriture [4], tout recommence et toujours le front de l’Est où ils laissent leur vie.

 

Ma grand-mère, son épouse disait que lorsqu’il voyait, pendant la dernière guerre mondiale, les soldats allemands au village, cela le rendait littéralement malade au point d’aller se coucher !

 

Et puis 1945 et la paix qui revient, mais les traumatismes sont bien ancrés et mettrons des années à disparaître, souvent avec eux et leur familles.

 

Une somme de souffrances que la gloire du vainqueur ne viendra pas alléger.

 

=================================================================

Pour retrouver l'article du blog sur les soldats de Veymerange et d'Elange 

tapez dans la zone recherche du blog les mots suivants: soldats monuments

Vous pouvez aussi retrouver l’histoire des soldats de Veymerange et Elange, tombés pendant les deux guerres mondiales dans mon ouvrage « Patrimoine » paru en  2015

==================================================================

 

[1] Le francique mosellan n’est pas du haut-allemand !

[2] Ecriture « Sütterlin » aujourd’hui pratiquement illisible

[3]  Dès 1919, certaines communes (Terville, Veymerange, Volkrange) mirent en place des cours d’adultes pour apprendre ou réapprendre le français.

[4]  En 1913, l’Allemagne avait introduit dans ses écoles, l’écriture dite « Sütterlin » du nom de son inventeur, elle sera interdite par Hitler en 1941 qui la jugeait trop « juive ». 

 

 

Pendant que mon grand père maternel patrouillait sur les côtes de la Baltique, de la mer du Nord,  mon grand père paternel, né en France, faisait la guerre en Meuse, dans un bataillon de forteresse.

(Sa croix du combattant)

 

Plus avant dans la guerre, déjà âgé, il rejoindra les subsistances et les boulangeries militaires de la 23ème section à Troyes.

(Il était boulanger de métier)

L'équipe de la 23 ème section de la  boulangerie militaire de Troyes

L'équipe de la 23 ème section de la boulangerie militaire de Troyes

Il a écrit des carnets où il « raconte » sa vie, il n’y évoque que très peu la guerre, parlant surtout de l’avant guerre dans une petite commune de la marne, où il était heureux en famille.  Il parle aussi de l’après guerre et de sa réinsertion difficile dans la vie de la commune, trouver un travail, se marier, élever ses enfants.

 

Il y « parle » de sa peine de voir son beau-frère, un paysan râblé et fort, revenir gazé à l’ypérite [1], cloué au lit et sur une chaise, sa vie durant, cherchant le peu d’air nécessaire à sa vie.

 

Il illustre ses carnets de dessins patriotiques et de chansons d'époque:

(Dessins de Gaston Persin)

 

[1] Du nom de la ville d’Ypres où il fut employé pour la première fois en septembre 1917, aussi appelé gaz moutarde dont il avait l’odeur.

Le drapeau français

Le drapeau français

La croix de Lorraine

La croix de Lorraine

Cet oncle, infirme de guerre,  je l’ai connu, j’étais jeune et quand nous allions le voir, au bout d’un moment, à le voir respirer si difficilement, j’en arrivais à ne plus pouvoir respirer de façon normale, ma respiration se calant sur la sienne, sourde et étrange.

Le  père de ce grand père champenois, mon arrière grand père,  avait  fait partie des mobiles de la Marne au début de la guerre de 1870, il fut un des rescapés du massacre qui a eu lieu le 28 août 1870 à Passavant en Argonne. Son beau frère parti avec lui y trouvera la mort, prisonnier, il fut massacré à coup de sabre sur la route en plein cœur du village.

 

Le monument dédié au massacre des mobiles de la Marne à la sortie de Passavant en Argonne.

Sa médaille "N'oublier jamais" l'Alsace et la Lorraine

Sa médaille "N'oublier jamais" l'Alsace et la Lorraine

Son propre grand père [1], soldat de Napoléon, était titulaire de la médaille de Sainte-Hélène.[2] (Ci-contre sa médaille de Sainte-Hélène)

 

Aussi, ce jour de commémoration est pour moi l’occasion de penser avec respect et tendresse, au-delà du temps qui recouvre tout de ses ténèbres, à ces membres de ma famille et à tous les soldats et familles qui ont souffert et qui souffrent encore de cette horrible chose qu’on appelle la guerre.

 

[1]  Soit mon arrière, arrière grand père !

[2] Dite la médaille en chocolat à cause de sa couleur.

NB :

 

Bien entendu, lors de la « Grande guerre »  de nombreux alsaciens et mosellans ont aussi combattu dans l’armée française car leurs familles avaient choisi la France en 1872 [1], loin de moi, l’idée de minimiser leur action.

 

Juste quelques chiffres pour bien préciser les choses.

 

Il y a eu environ 130 000 « optants » pour la France soit un tiers de la population.

Seul 50 000 personnes sont réellement parties s’installer en France, les autres sont devenues allemandes par défaut, malgré leur option. Très peu, quelques milliers ont opté pour l’Allemagne. La période était très confuse et les bruits les plus contradictoires circulaient sur les modalités de l’option. Il est certain que pour une majorité de la population des territoires occupés, le choix se fit par défaut. « Wait and see » en quelque sorte.

 

Toutes les photos et dessins sont de ma collection personnelle, ils peuvent être utilisés en citant cet article et le blog www.histoiredethionville.

 

[1]  Un clause du traité de Francfort de 1871 prévoyait la possibilité pour les alsaciens et mosellans d’opter avant le 30 septembre 1872 pour la nationalité allemande ou française avec alors le devoir de quitter la région définitivement.

 

Commenter cet article

muhlmann 10/11/2017 21:11

bien beau témoignage. c est vrai qu'il ne faut pas oublier tous ces soldats, morts pour leur Patrie, dont les gouvernants ne se souciez pas. Petit oubli : sous la photo de Victor marin, Kaizerliche marine et non pas Kazerliche marine. merci à vous